Forêt de Sault

 

Date : 05/01/2017
Difficulté : Modérée
Accompagnateur : H. Pagnier
Coordonnées UTM :
Participants :  28 Départ : 31T 0692833 4885011 
Longueur : 16,2 km Pique Nique :
Dénivelée : 520 m Difficulté IBP index : 60
Carte IGN TOP 25 n° :  3140 ET / 3240OT
Position par rapport à Buis-les-Baronnies : 36 km SSE

 

Commentaires techniques :

Départ place des aires à Sault (Vaucluse) position (31T 0692833 4885011), descendre dans le village pour traverser la D542 au point (31T 0692586 4884754), prendre la petite route bitumée jusqu'à la chapelle Saint Pierre, puis azimut moyen 145°, suivre le GR 4/GR 9, balisage blanc et rouge, quitter les GR au piont (31T 0693150 4880104) poursuivre tout droit jusqu'au lieu dit : Le puits. Là, changement de cap, suivre un bon sentier azimut moyen N, puis N.E. pour atteindre la ferme de « La Jouvente », retrouver un bon sentier balisé jaune azimut moyen N. Le suivre scupuleusement pour retrouver Sault et le point de départ.
C. Malbois 

Compte-rendu :

Pour la première sortie de l'année 2017, c'est notre ami Henri Pagnier qui va nous conduire, l'hiver provençal ensoleillé mais très froid, n’arrête pas les 28 randouvéziens qui vont emprunter une trace rarement utilisée dans la forêt de Sault (Vaucluse), ville connue pour sa production de lavande fine et de lavandin, mais aussi pour une production plus gourmande de nougat d’exception.
Après les retrouvailles d'usage, les souhaits de bonne année et de santé florissante, la photo de groupe, nous voilà partis emmitouflés sous plusieurs couches de polaires et autres coupe vent, le Mistral qui souffle fort est glacial et nous ne sommes pas encore réchauffés par la marche. Ici, aujourd'hui, pas de risque de pollution aux particules fines !
Descente à travers les vieilles rues du village, qui sont vides de toute âme, pas de touristes et pas de flâneurs non plus ; nous arrivons très vite au bas du village pour trouver près d'une ancienne chapelle les fameux GR9 et GR4 qui, à cet endroit, sont communs, nous allons suivre un petit bout de leur long cheminement du N.E. au S.E. de la France.
Maintenant nous sommes dans la forêt provençale, le vent est amoindri par la futaie, le chemin monte progressivement mais sans effort particulier à fournir, malgré tout, une ou deux pauses vont s'imposer pour la dégustation de sucres rapides et pour se débarrasser des vêtements devenus superflus ; nous progressons rapidement, mais comme le chemin est large les conversations de toute nature vont bon train et le temps passe vite. Puis nous quittons les GR pour une piste agricole entre les champs le lavande figés dans l'hiver, croisons et surtout entendons quelques coups de fusils de chasseurs embusqués mais non agressifs et en toute sécurité nous atteignons le lieu dit « Le Puits », c'est le point le plus éloigné de notre point de départ, nous changeons alors de cap pour revenir sur Sault. Il est déjà presque midi, en prévision de la famine de certains, Henri choisit un endroit éphémère, à l'abri précaire d'un gros chêne et de quelques cades pour s'abriter d'un mistral qui souffle en rafales puissantes, c'est presque bien si l'on a choisi le bon endroit !
Aujourd'hui la pause pique nique sera de courte durée, et ô, exception peu de bouteilles, le mistral serait-il un inhibiteur de boissons peu alcoolisées certes mais malvenues par un vent pareil ?
Ensuite retour dans les bois de Sault, passages sur des traces anciennes et peu fréquentées que notre ami Henry va maîtriser avec prudence, puis retour sur une trace, balisée en jaune, qui remonte vers le Nord, passe devant une source qui n'est jamais tarie même l'été et qui est censée être un gage de longue vie !
Puis une grosse montée dans le village pour la fin de cette randonnée hivernale, qui aura été maitrisée de main de maître par notre guide du jour.
Merci à toi et on attend que tu nous en trouve encore beaucoup comme celle ci.
C. Malbois 

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.