St Auban - Col des Grenouilles

 

Date : 15/12/2016
Difficulté : Difficile
Accompagnateur :  C. Ricard
Coordonnées UTM :
Participants : 31
Départ : 31T 0692883 4906797
Longueur : 16,9 km Pique Nique :
Dénivelée :

870 m

Difficulté IBP index : 85
Carte IGN TOP 25 n° : 3239 OT
Position par rapport à Buis-les-Baronnies : 17 km O

 

Commentaires techniques :

Nous étions 31 au départ de St Auban sur l’Ouvèze, nous avons fait 17 km et 900 m de dénivelé.
Départ de St Auban, plus exactement du parking à côté du lavoir situé à l'entrée du village.
Nous partons en descendant vers la petite rivière « Le Charuis », passons sur le pont en bois puis montons sur la gauche jusqu’en haut de la montagne ; nous suivons la crête. Puis, nous descendons dans les marnes et remontons dans l'ubac jusqu’à la Rochette du Buis. Nous traversons la départementale et montons vers la crête de Lirette pour arriver sur la piste qui mène au col des Grenouilles. Ensuite, nous descendons vers la crête de Rioms et rentrons à St Auban.
Claude Ricard

Compte-rendu :

Cher Claude,
Ta modestie explique probablement ta relation synthétique de notre sortie des Grenouilles... Je ne saurais t’en blâmer, d’autant que tu nous as déjà emmenés sur cette boucle en 2014 et que tout (ou presque) a probablement été dit... Et pourtant, paraphrasant Cyrano, je suis tenté de t’interpeller : «Ah ! Non ! C’est un peu court jeune homme !... ». Tu oublies de dire quel plaisir nous avons pris à te suivre sur cet itinéraire.
Il est vrai que, une fois passé le petit pont de bois sous le village de Saint-Auban, la montée au milieu des bois ne fut qu’une mise en jambe classique avec néanmoins une dénivelée appréciable de plus de 200 mètres... Un bel échauffement, avant d’atteindre la crête (altitude 800 mètres) d’où la vue s’ouvre largement sur les pentes de l’Ubac de Chomel et Romegeas... Au Serre du Devès, petite montée... d’adrénaline ! Après une courte descente, il faut franchir par un étroit passage la Combe du Devès si caractéristique avec ses marnes grises entrelardées de roche blonde ... A gauche comme à droite, c’est la pente abrupte ! Il vaut mieux être à jeun pour un tel exercice. Qui oserait dire que la randonnée dans les Baronnies est une pratique sans risques ?
Tiens donc, n’entendez-vous pas des chiens qui aboient sur l’autre versant, traquant quelque gibier ? Hé, oui ! Le territoire semble bien occupé par les sangliers qui ont littéralement labouré le sous-bois... Obélix le Gaulois serait ici au Paradis. Les chasseurs sont en poste un peu plus haut. Le sentier étroit et caillouteux, au flanc de la montagne, menant à la piste est superbe avec des vues sur La Rochette du Buis et la Montagne de Croc. Nous reprendrons cette piste au poteau de Colomb pour atteindre le village : une transition bien tranquille après un premier acte bien enlevé...
Qu’à cela ne tienne, nous voulons du solide et, tel Abraracourcix menant sa troupe, tu nous a prévu l’ascension de la Montagne de Lirette (1080 mètres) qui nous permet d’avoir de nouveaux points de vue sur le village, la vallée et l’itinéraire que nous venons de faire, en face. Plus haut, ayant rejoint la piste venant de La Rochette, après avoir parcouru encore une bonne distance, au pied du Rocher de l’Aigle, tu nous as organisé en guise d’entracte une pause-déjeuner au soleil, au bord d’un talus confortable... Le paysage est digne des meilleurs établissements. Plusieurs de nos compagnes nous ont organisé un apéritif pour leurs anniversaires respectifs et entre autres amuse-gueules, je reconnais là ton humour, tu nous as prévu... des cuisses de grenouilles !!! La suite du festin sera à la hauteur de nos traditions de gourmandise avec des desserts à profusion. Après la potion des Eburons (NDLR : Gaulois de Belgique) versons une larme... d’élixir des Unelles (NDLR : Gaulois du Cotentin) ?... J’aperçois tout à coup le Mont-Saint-Michel et Napoléon face à la rade de Cherbourg désignant nos ennemis héréditaires de Britannia !!!
Heureusement, cher Claude, tu nous as remis sur le chemin du Col des Grenouilles, sac au dos. Il ne faudra pas attendre longtemps avant d’atteindre le sommet de la Montagne des Payets (1100 mètres) et de passer le col dont le nom semble incongru en ce lieu : pas une flaque d’eau en vue dans ce paysage de prairie au pied de la Montagne de Croc ! Nous reprendrons alors, un peu plus loin, la longue descente qui, en sous-bois, nous mènera à proximité du Hameau de Maye d’où nous attaquerons le dernier acte, la ligne droite finale vers Saint-Auban.
Nous remonterons alors vers la crête et le Serre de Rioms... Là, par un phénomène curieux de mutation spontanée, nos Randouveziens vont se transformer en villageois Gaulois, quelle que soit par ailleurs l’origine de chacun. Le gui est abondant sur les branches des sapins, à l’approche de la fin de l’année, pourquoi ne pas en cueillir pour la décoration de nos huttes (je veux dire de nos maisons)... Voilà donc Etiennix sécateur en mains dans le rôle du druide Panoramix et Francix - alias Alambix - en Obélix chargé du transport des bouquets... Suzanne-Falbala qui a le sens des traditions rappelle que l’on s’embrasse sous les boules de gui lors du passage au Nouvel An... Que dites-vous ? On n’est pas certain que Guy soit d’accord ?... Je n’ai pas parlé de Guy (qui m’excusera de ce triste jeu de mots ?) mais de gui !!!
Ainsi va s’achever notre balade, après la traversée du village de Saint-Auban, cher au cœur de Gilberte-Aloeveraline qui y fit un long séjour professionnel et qui connaît les recoins de toutes les âmes de Saint-Auban.
J’ignore, Cher Abraracourcix (Re-pardon : Cher Claude), si j’aurai ainsi persuadé les nombreux « suiveurs » de Randouveze de refaire cette belle boucle mais nous te remercions tous de nous avoir offert une agréable sortie en nous faisant profiter de ta connaissance experte des sentiers des Baronnies.

Gérard Lenormandix.

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.