La Lance par Rousset les Vignes

 

Date :  03/11/2016 Difficulté : Difficile
Accompagnateur : G. Thouard
Coordonnées UTM :
Participants : 27
Départ : 31T 0665951 4921242 
Longueur : 12,6 km Pique Nique : 31T 0667153 4924603
Dénivelée : 970 m Difficulté IBP index : 91
Carte IGN TOP 25 n° : 3139 OT
Position par rapport à Buis-les-Baronnies : 41 km NNE

 

Commentaires techniques :

L’accueil sympathique du propriétaire de la ferme, nous permet de bénéficier d’un parking privé au bas du Hameau des Guilles, en bordure du chemin de départ.
L’orientation SE du chemin conduit à l’intersection avec le GR9 au point 31T 0667347 4920289 (alt. 676 m).
A partir de ce point, une première couche de textile est rangée dans le sac, et le sentier grimpe dans les courbes de niveaux plein N, avec quelques virages adoucissant la montée.

Nous nous écartons quelque peu du GR9 pour passer au Col du Chapeau (alt. 951 m) et continuer jusqu’au carrefour GR9 – GRP Tour du Pays de Dieulefit, marqué par le poteau « La Grille » à l’altitude de 1140 m (31T 0667643 4922882).

Il reste à gravir 200 m de dénivelée sur « l’épaule sud » de la Montagne de la Lance, le long de la crête surplombant la vallée du Lez, qui prend sa source juste en contrebas.
Le groupe admire le paysage à proximité de la croix située à 200 m environ au sud du Rocher Garaux point culminant « officiel » à 1340 m d’altitude.

A 13 h, l’heure de trouver une salle à manger agréable a sonné, aussi nous opérons un regroupement général au pied d’arbustes dans la prairie, face à la plaine du nord Vaucluse et de la Drôme allant jusqu’à la vallée du Rhône.

Le retour commence dans la prairie direction SSW jusqu’à rejoindre une piste alternant cailloux et amas de feuilles, au point « Le Saladour ».
Orientée plein sud la descente s’accentue pour déboucher au lieu-dit « Les Grandes Fontaines » où un bon chemin nous ramène tranquillement au parking.

Nous avons marché durant 4h50 à une moyenne de 2,6 km/h.
Si l’on cumule les 2h15 d’arrêts, notre moyenne globale s’établit à 1,76 km/h.

La cotation de l’indice d’effort sur le site de la FFRP est de 91 ; les évaluations prennent toujours pour hypothèse « une préparation physique moyenne ».

Georges Thouard.

Compte-rendu :

En cette belle matinée d’automne, c’est vers la Lance que se tourne notre regard.
Avec sa forme courbée, elle domine la plaine de 1300 m et est donc visible de presque partout. Elle fait partie des Pré-Alpes du sud.
Une dénivelée de 1000 m ne nous fait pas peur.
Le départ se situe un peu avant le hameau des Guilles. Le sentier en pente douce s’élève jusqu’au col du Chapeau à 951 m.
Une légère brume baigne tout un entrelacs de cols, vallons et collines boisées. C’est magnifique et d’une quiétude majestueuse que rien ne semble perturber. La nature ferait-elle la grasse matinée ?
L’ascension se poursuit un peu plus raide entre les pins et une belle forêt de jeunes mélèzes; quelques alisiers égrènent leurs fruits rouges et flétris sur le sentier; les feuilles roussies volent dans le petit Mistral qui nous accompagne.
Au col de la Guille à 1140 m, le vent s’intensifie : il faut arrimer les casquettes, mais quel panorama ! Montélimar et ses éoliennes, la vallée du Rhône, les Dentelles de Montmirail, notre grand Ventoux, le Cougoir, la montagne d’Angèle et Miélandre encore vertes, le Dévoluy, les falaises du Vercors et quelques pics enneigés.
Après un dernier mais bref effort, voici le sommet au rocher Garraux. Avec sa vieille croix de bois, il culmine à 1340 m.
Vite à l’abri au pied d’un bosquet car le Mistral nous emporte.
Après le pique-nique, quel plaisir de faire la sieste au soleil, sur une belle terrasse.
Puis c’est le retour. La descente est sportive : très raide au début à travers les alpages, puis caillouteuse dans la forêt, elle demande toute notre attention.
Enfin une bonne piste forestière nous ramène au joli hameau des Guilles.
On s’en est mis plein les mirettes ! Merci Georges.

Claudine Elbaz

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.