Belvédère Chapelle de Piaud

Date : 10/12/2015
Difficulté : Difficile
Accompagnateur : C. Malbois
Coordonnées UTM :
Participants : 28
Départ : 31T 0671722 4892681
Longueur : 14,9 km Pique Nique :
Dénivelée : 850 m Difficulté IBP index :  81
Carte IGN TOP 25 n° :  3140 ET
Position par rapport à Buis-les-Baronnies :  23 km SE

 

Commentaires techniques :

Départ du parking de la source du Groseau à Malaucène, prendre la route forestière qui passe devant un ancien four à chaux, passer un petit col pour atteindre un carrefour dans un vallon, vous êtes sur le GR 4. Prendre à droite en montée dans le vallon, puis dans la combe de « Comentige », remonter la combe pour atteindre le carrefour « du Sueil » panneau indicateur, prendre à gauche sur le GR 4, pousuivre jusqu'au point précis (31T 0675993 4893533) (petit cairn) prendre à droite un sentier qui monte en lacets pour atteindre la route D 974, qui monte au Mont Ventoux, là prenez à gauche un setier qui est parallèle à la route en montée douce, après 400 m vous êtes au Belvédaire.
Retour par le même chemin jusqu'à la route, puis prendre un sentier non balisé, qui longe la barre rocheuse, retrouver le carrefour du « Sueil », continuer sur la route forestière, traverser la D 974, descendrela « Combe de Bramafan » jusqu'au point précis (31T 0672421 4891876), prendre à droite (grosse montée), retraverser la D 974, atteindre la chapelle de « Piaud » puis suivre le chemin de Croix, en descente qui vous fait rejoindre la D 974 au rocher du portail Saint Jean, suivre la route en descente pour retrouver le point de départ.
C. Malbois

Compte-rendu :

Si nous allions faire un tour sur les pentes du Ventoux avant que les frimas hivernaux ne rendent trop paresseux les Randouvèziens ? Sans doute Clément s’est-il posé la question en faisant programmer cette randonnée en fin d’automne… Ou bien a-t-il tout à coup ressenti un besoin d’élévation pour suivre les traces du célèbre et prolifique poète vauclusien, Pétrarque ? En tout cas, les augures sont plutôt favorables car, s’il fait froid ce matin sur le parking du Groseau, la journée s’annonce encore ensoleillée. Que demander de plus ? Et ce sera notre dernière vraie randonnée de 2015 avant la sortie conviviale et festive des grillades !

Nous partirons donc en empruntant la piste qui longe et contourne cet impressionnant bâtiment de pierre donc les ouvertures béent à tous les vents : il s’agit des anciennes plâtrières qui ont fonctionné de 1920 à 1955, utilisant la ressource des carrières de gypse (ou « gipières » venant de « gip », soit gypse en provençal) qui se trouvent à proximité immédiate et l’énergie fournie par les sources qui alimentèrent aussi les papeteries de Malaucène jusqu’en 2009. Un projet de création d’une Maison du Patrimoine pour promouvoir les attraits touristiques du Ventoux en ce lieu avait été élaboré mais il semble bien avoir fait long-feu ! Que cela ne nous empêche pas de poursuivre en empruntant le GR 4, en sous-bois, jusqu’au col où les vergers de cerisiers aux branches décharnées rappellent que la production fruitière de ce territoire est une activité importante.

Le sentier s’élève alors progressivement sans toutefois trop solliciter l’énergie des marcheurs qui devisent entre eux. Dommage que le soleil ne puisse percer au travers des arbres pour réchauffer un peu nos abattis, c’est l’inconvénient majeur de cette face Nord du Ventoux qui pourtant est pleine de charme… Mais les efforts à fournir y pourvoiront. Au-dessous de nous, nous commençons à apercevoir les champs d’arbres fruitiers de Beaumont du Ventoux, le Hameau des Valettes où se trouvent les anciennes carrières de pierre utilisées par les Romains pour édifier le site de Vasio, aujourd’hui Vaison la Romaine. Le sentier sympathique nous amènera au Sueil (poteau directionnel – 740 mètres) où le regroupement et la pause se font dans une ambiance joviale (comme toujours !). De là, toujours sur le GR 4, la piste large et plate au-dessus de laquelle les chasseurs sont à l’affut nous mènera jusqu’à proximité de la Chapelle Saint-Sidoine où nous n’irons pas aujourd’hui faire nos dévotions car nous y sommes déjà allés au printemps dernier. Là nous quittons le GR.

Le temps d’un nouvel arrêt pour permettre aux Randouvèziens d’apporter leur pierre à un cairn pitoyable puis nous entamons l’escalade vers le belvédère, qui sera notre objectif de la matinée, par un sentier étroit qui rejoint la route du sommet dans un lacet avant de repartir en-dessous de cette route jusqu’au belvédère, très fréquenté en période touristique. Lecteur ! prends donc le temps d’admirer cette belle photo de 4 marcheurs anonymes, dans le soleil du matin, courbés dans l’effort… Ah, que la randonnée pédestre est belle dans un tel environnement !!!... Nous en aurions des larmes d’émotion. Plus prosaïquement, quelques chasseurs statiques se trouvent là en attente d’un gibier qui ne semble pas disposé à se montrer.

L’arrivée au belvédère permet de découvrir un vaste panorama sur la région, jusqu’aux Monts d’Ardèche… Chacun y retrouvera ses repères : Vaison, Faucon, le Saint-Amand, Beauvoisin, Mérindol, le Saint-Julien… Le soleil est là pour éclairer le vert sombre des pins où les grappes de chenilles processionnaires créent de tristes décors de Noël. La sobre pause du déjeuner (proximité des fêtes de fin d’année oblige), confortablement assis sur les marches, se terminera néanmoins par une farandole de desserts. Un dernier coup d’œil au paysage avant de repartir sur nos pas avant de prendre un sentier non balisé, en-dessous de la route, jusqu’au Sueil où nous arriverons en ordre dispersé, l’humeur est en effet plutôt à la gentille balade et la descente permet de ménager les efforts. Au passage, le Belvédère des Ramayettes permet de s’imprégner encore de superbes vues sur la vallée et la tour en ruines du Vieux Beaumont, ultime vestige de cette citadelle.

Après avoir traversé cette large route que gravissent les nombreux cyclistes à la belle saison, la descente se poursuit dans la Combe de Bramafan… Mais attention, notre Hitchcock de la randonnée (Clément, pour ceux qui n’auraient pas compris, dont nous connaissons le goût de l’inattendu) nous a réservé la surprise de l’après-midi : parvenus au carrefour de pistes avec les Combes du Grand Barbeirol et de l’Aze, il nous invite à reprendre la direction de la Chapelle de Piaud… Un beau raidillon qui casse les jambes et fait tirer des langues longues, longues, longues… N’en jetons plus, elles vont traîner à terre. Un temps de repos au bord de la route pour rafraîchir les mécaniques et bientôt nous arriverons à cette chapelle construite en 1839, à l’emplacement d’une ancienne chapelle du XVIIème siècle, où se rendaient les pèlerins pour demander la pluie, en empruntant le Chemin de Croix partant plus bas du Groseau. Nous prenons un nouveau temps de récréation au pied des 3 grandes croix de bois symbolisant le Mont des Oliviers et la Crucifixion et allons, quant à nous, prendre ce sentier à rebours pour rejoindre à nouveau la route. Nous sommes sur l’itinéraire du GR 91. La descente caillouteuse nécessite un peu d’attention mais elle offre aussi de superbes vues sur la Plaine du Comtat dont il faut profiter.

Attention au retour sur le bitume car la marche est haute. Le sol d’une belle couleur ocre rappelle que nous ne sommes pas très loin de Bédoin où se trouvent de superbes carrières. Nous sommes tout à côté du Portail Saint-Jean, curiosité géologique en forme d’arcade fermée d’une pierre noire. Selon une belle légende, à minuit lors de la nuit de Noël, ce portail s’ouvrirait pour laisser entrevoir un fabuleux trésor gardé par une chèvre diabolique… Personne ne semble avoir jamais réussi à pénétrer dans cet antre, ou en tout cas, il n’en est pas revenu ! Avis aux Randouvèziens amateurs de sensations qui s’ennuieraient pendant la nuit du réveillon.

Notre périple s’achèvera par un retour vers les voitures sur la route du Groseau. Au passage, le site de captage des eaux exceptionnelles de cette source rappelle la triste destinée de ces papeteries, fleuron historique du savoir-faire local… Un dernier arrêt à Malaucène va clore une belle journée dont nous remercierons Clément, notre guide du jour.

Gérard Langlois.

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.