Faucon / Les Pièces

 

Date : 23/11/2014
Difficulté : Modérée
Accompagnateur : G. Langlois
Coordonnées UTM :
Participants : 29
Départ : 31T 0671379 4903159
Longueur : 12,5 km Pique Nique :
Dénivelée : 440 m Autres :
Carte IGN TOP 25 n° :  3140 ET / 30470 ET
Position par rapport à Buis-les-Baronnies : 15 km O

 

Commentaires techniques :

 Néant.

Compte-rendu :

Faucon est un petit village du Vaucluse aux confins de la Drôme, face au Mont-Ventoux, dans un environnement de vignes qui, aujourd'hui, étalent encore leurs belles couleurs d'automne. En arrivant du Buis, on ne peut manquer sa silhouette perchée, dominée par de vieux murs en ruines qui ne sont pas celles du château (dont il ne subsiste que quelques vestiges peu visibles) mais simplement ce qu'il reste du quartier du Plan de Roussier. Notre projet du jour est d'en parcourir les environs afin de découvrir ses différentes facettes. Pas moins de 29 Randouveziens se sont déplacés pour cette balade, au départ du petit cimetière, là où fut inhumée, en 1972, Violette Leduc, écrivain(e) proche de Simone de Beauvoir qui en fut la protectrice (« amie scandaleuse » selon un critique) et dont le roman le plus connu, La Bâtarde, fut près d'obtenir le Prix Goncourt en 1964. Quelques scènes du film « Violette » retraçant sa vie furent tournées à Faucon en 2012.
Pour ce circuit, deux nouveaux Randouveziens, Nadine et Freddy, se sont joints au groupe ainsi que deux futurs adhérents. Nous descendons vers le Gournier, un petit cours d'eau où les castors ont trouvé un territoire qui leur convient mais que nous ne pouvons longer car la végétation y est devenue trop dense et dangereuse après de grosses intempéries au cours des dernières années. Passé le pont sur le Gournier, le chemin qui serpente au milieu des vignes est de toute beauté sous le beau soleil que nous avons ce matin. Il nous permet de contourner le village que nous retrouvons sous l'un de ses angles les plus pittoresques au-dessus de nous, sur fond de ciel d'azur. Les belles pierres, qui font aussi la réputation de Faucon, sont du plus bel effet dans la lumière. A gauche, surmontant le vallon du Gournier où furent retrouvés des objets témoignant d'une occupation néolithique, la colline de la Roche Coucourde sculptée par l'érosion témoigne de la nature du sol essentiellement constitué de safre. Nous faisons une première halte près de la Chapelle Sainte-Colombe, noyée au milieu des chênes. La petite bâtisse d'apparence banale présente néanmoins une particularité avec la croix celtique dont elle est surmontée : pourquoi cet emblème en terre provençale ? Appelée aussi croix druidique, elle fait sans doute référence à la présence en ce lieu d'un édifice païen, à l'époque où les Celtes se déplaçaient dans toute l'Europe occidentale, sur lequel fut construite la chapelle.
La balade se poursuit vers le quartier de la Montagne, après avoir franchi la route départementale, et nous bifurquons vers le Chemin des Beaumettes que nous allons quitter presque immédiatement pour emprunter un sentier en sous-bois, plus agréable que le bitume que nous venons de faire, qui borde les premières maisons du lotissement. Outre le plaisir de retrouver un sol plus adapté aux pieds des marcheurs, l'intérêt du sentier réside dans la découverte de nombreux murets et banquettes de pierre devenue grise au fil du temps, souvent couverts de mousse, qui devaient délimiter autrefois les multiples parcelles de culture. Il faut savoir que Faucon fut, avant la Révolution, un village réputé plus riche que les autres : après que les habitants eurent racheté en 1565 pour 500 écus d'or les droits de suzeraineté à la Papauté, le village connut un système de gestion autarcique quasi-communautaire dans lequel on assurait une aide aux plus modestes en partageant les semences et autres ressources indispensables à la subsistance de tous, sans avoir à verser de lourds impôts à un seigneur. Un modèle de solidarité sans doute peu courant à l'époque ! Le chemin traverse un bois essentiellement constitué de feuillus. Un beau mur de pierre bien conservé, clôturant un vignoble, marque le terme du chemin et nous ramène aux dernières maisons du quartier de La Montagne, là où commence le territoire des Pièces.
Un crochet pour rejoindre le sommet de la colline permet de déambuler dans cet espace boisé d'essences méditerranéennes qui fait le pendant des Roches sur l'autre rive de l'Ouveze dont la paroi forme un canyon où coule la rivière. Le nom des Pièces tire vraisemblablement son origine du mot qui désigne, dans le monde rural, un lopin de terre : là encore, des vestiges de murets témoignent de l'existence de parcelles cultivées. Redescendant sur la piste qui fait le tour de ce monticule, nous allons rejoindre le lieu où notre pique-nique est prévu : un balcon d'où l'on embrasse la vallée, juste au-dessus des « Trois Rivières » où le Toulourenc et l'Aiguemarse rejoignent l'Ouveze. Tout près d'ici, deux plaques commémoratives apposées en Août dernier, à l'occasion du 70ème anniversaire des combats de la Libération, rappellent l'action du Maquis qui trouva un refuge dans les grottes toutes proches. Pour ceux qui ne craindraient pas le vide, en se penchant un peu, il est possible d'apercevoir quelques maisons du Hameau des Beaumettes, au bord de l'Ouveze, ainsi que la masse austère du château, dont il ne reste que le donjon. Pour l'anecdote, dans les grottes (baumes) au pied de la falaise, transformées en habitat troglodyte, il y aurait eu à la fin du XVème siècle un atelier de fausse monnaie ! Plus loin, le regard s'échappe vers Beauvoisin, la Montagne de Bluye, le Pas du Ventoux, le Pont Saint-Michel d'Entrechaux... et, bien entendu, le Géant de Provence resplendissant au soleil ! C'est un très beau panorama sur notre territoire des Baronnies et du Ventoux.
Les agapes terminées après les sucreries habituelles, reprenons la piste pour la quitter très vite par un sentier qui rejoint plus bas le Chemin de Grouchas qui nous ramènera vers Faucon après avoir effacé la pente d'où l'on aperçoit le massif de l'Ayguette et le Bois de Jau. La falaise au-dessus de la Combe Sarrazine continue, au gré des pluies, de déverser des plaques de rochers où l'on peut trouver parfois des traces de fossiles. Bientôt, la silhouette du village réapparaît au-dessus des vignobles rougeoyants : c'est une jolie carte postale que les habitants de Faucon aiment à mettre en valeur. Pour autant, notre périple n'est pas terminé et nous rejoignons le Chemin de l'Ayguette à travers les vignes et les oliviers pour un tour complet du village. Après la descente vers le camping de l'Ayguette, une fois franchie la route départementale, le village réapparaît. C'en est presque terminé de cette balade dominicale : un ultime arrêt au lavoir en bas de la montée vers le centre du village avant de pouvoir nous rafraîchir... Mais non, la boulangerie qui fait office de bistrot sur la Place des Tilleuls est fermée aujourd'hui ! Nous nous quitterons donc sur cette petite frustration, mais ce n'est que partie remise.

G. Langlois

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.